dimanche 21 septembre 2014

L'acquisition, Linda Spalding

À la fin du XVIIIe siècle, le quaker Daniel Dickinson est mis au ban de sa communauté pennsylvanienne suite à son remariage hâtif, après le décès de sa femme, avec Ruth, jeune orpheline méthodiste qui était jusqu'alors la servante du foyer. Armé d'une foi profonde, il s'exile en Virginie avec les siens. Or, la foi ne suffit pas pour cet homme peu aguerri aux exigences de la terre. Lors d'une vente aux enchères, il fait malgré lui et contre tous ses principes l\'acquisition du jeune esclave Onesimus, déclenchant une longue série d'événements qui affecteront sa famille sur plusieurs générations. Avec L'acquisition, Linda Spalding signe un roman au lyrisme magistral.

Daniel Dickinson n'a rien d'un méchant homme, mais il possède des convictions profondes qui guident ses actes même si le coeur n'y est pas toujours.  Lorsque sa femme décède après avoir donné naissance à leur cinquième enfant, il se voit obligé de prendre une orpheline de 15 ans pour l'aider à élever cette jeune marmaille. Il est quaker, elle est méthodiste. Le village les renie et la famille Dickinson doit fuir et quitter le confort de leur foyer pour s'installer en Virginie où tout est à reconstruire.

Le jour où Daniel fait l'acquisition d'un jeune esclave en échange de son meilleur cheval afin de l'aider à construire sa nouvelle maison et semer la terre, il est loin de se douter que ce ne sera que le début de la déchéance dans cette famille bien unie au départ.  Mary, l'aînée, ne pardonnera jamais à son père et Ruth, sa nouvelle épouse, ne veut rien voir de ces Noirs qu'elle méprise.  Ajoutez à cela des voisins peu nombreux mais dangereux que vous n'inviteriez jamais pour un apéro et vous verrez que la vie à la fin du dix-huitième siècle dans les montagnes américaines n'a rien d'une ciné-cure.  Les préjugés sont forts, les malentendus nombreux et l'esclavage abominable... ce qui rend le roman très lourd!  Lourd dans le sens d'un manque de communication flagrant entre les personnages à une époque où on ne faisait certainement pas étalage de ses sentiments, ceci menant à des situations désolantes et irréversibles. Prenons pour exemple Daniel qui ne se permet même pas de désirer sa nouvelle épouse tant ses convictions sont fortes! Un seul fils naîtra de cette union et Ruth sera une femme frustrée presque toute sa vie entière...

L'acquisition est un roman sur la souffrance des esclaves oui, mais aussi sur tous ces premiers occupants de terres hostiles qui ont lutté pour survivre et se construire une vie.  La religion, l'Histoire, l'interaction entre les humains de divers horizons et la vie à cette époque composent cette grande fresque sociale émouvante.

Ce qui rend ce roman encore plus intéressant au niveau historique, c'est que Linda Spalding a puisé dans l'histoire des ses ancêtres pour écrire ce livre très fort et troublant.  Elle est l'épouse de l'auteur Michael Ondaatje.

La sortie en librairie est prévue pour le 24 septembre.

ISBN: 9782760933712

jeudi 18 septembre 2014

Mon vieux, Pierre Gagnon.


Mon vieux raconte l’histoire d’un narrateur retraité qui décide d’héberger chez lui un homme âgé, Léo, pour en prendre soin. À travers leur quotidien et les anecdotes qui le parsèment, nous apprenons à connaître ces deux attachants personnages. Alors que l’un s’étonne d’aimer autant les « vieux », l’autre vit de plus en plus dans l’imaginaire de son cerveau vieillissant. Chacun tente d’ensoleiller la vie de l’autre : Léo, en se rendant par exemple utile à certaines tâches ménagères; le narrateur, en revêtant par exemple les costumes des personnages habitant la tête de Léo. 

C’est à regret que le narrateur se verra finalement contraint de confier à nouveau Léo aux bons soins du centre d’hébergement, son cas devenant trop lourd à porter. Un portrait bien réel de la vieillesse, à travers ses beautés et ses difficultés. Un récit rafraîchissant.  

Lorsqu'on devient aidant naturel, c'est une décision prise en connaissance de cause.  On connaît le parent, on le fait souvent par amour, par respect ou parfois par obligation ou même par culpabilité. Le personnage de ce livre qui vient tout juste de prendre sa retraite de la fonction publique adopte Leo, un vieux du foyer où habitait sa tante qu'il visitait de temps en temps. Un inconnu qu'il trouvait agréable de compagnie au foyer. Si les débuts ont été relativement faciles, tout s'est compliqué après la chute de Léo devant la maison du narrateur.

Délire, insomnie, confusion, surdité, peurs, incontinence... Léo n'est plus gérable, c'est la santé du jeune retraité qui est en jeu.  

C'est un court, très court roman qui rend hommage à ces gens qui prennent soin de nos vieux, qui n'ont plus toute leur tête, leur contenance...  C'est un travail 24/24.  Parfois sans répit, avec beaucoup de stress.

C'est un roman de prise de conscience.  Oui, il y a de beaux moments, de beaux souvenirs, mais il y a aussi de longues nuits et de longues semaines sans réjouissances...

Pierre Gagnon sera un invité du Club de lecture Les petits papiers mercredi prochain.  Les détails sont au bas de ce billet.

Une lecture dans le cadre de Quebec en septembre chez Mon coin lecture.









Club de lecture Les Petits papiers (Une vie de papier)

24 septembre 2014
19 h
Durée : 90 minutes
Coût d'entrée : Gratuit avec réservation téléphonique ou sur place 1 semaine avant l'activité
Jean Valjean ou Bérénice Einberg, Ron Weasley ou Émilie Bordeleau… Comme lecteur, nous nous attachons parfois à certains personnages comme s’ils étaient réels. Et quand on les invente? Comment se passe la cohabitation? A-t-on des petits préférés? Mélissa Verreault et Pierre Gagnon vous révèlent les dessous de leurs amours imaginaires, parlent des personnages auxquels ils ont donné vie et de ceux qui ont marqué leur parcours en littérature.  Rencontre animée par Marie-Ève Sévigny. Présenté dans les clubs de lecture à l’occasion du festival Québec en toutes lettres.
Renseignements : 418 641-6792 

mercredi 17 septembre 2014

Showtime, Sylvie Ouellette.

Le début des années 80 a été plus que brutal pour la jeune génération de cette époque disco qui avait su si bien profiter de la prospérité des années 70. Qu’arrive-t-il lorsque l’existence de rêve qu’on mène depuis des années s’écroule, qu’on n’est plus maitre de rien ? Showtime est un roman à sensations fortes où surgissent du passé de compromettantes révélations. Et pas toujours au sujet de ceux qu’on aurait pu soupçonner…


RÉSUMÉ

Jeune publicitaire talentueux et ambitieux, Richard Masson voit sa vie parfaite prendre un tournant dramatique lorsque la police débarque chez lui munie d’un mandat d’arrestation pour meurtre. Bien qu’il soit innocent, tout semble pointer vers lui. Des circonstances aussi improbables que bizarres font en sorte que le jeune homme, autrefois si sûr de lui, perd pied. Est-il assez bien entouré et saura-t-il puiser en lui la force nécessaire pour surmonter la série d’obstacles qui se dressent sur son chemin ? Et comment composera-t-il avec ces trois êtres qui apparaissent dans sa vie de façon inopinée pour lui jeter au visage un passé qu’il ignorait, mais auquel il n’aura d’autre choix que de faire face ?



L'AUTEURE
Auteure touche-à-tout qui refuse de se cantonner dans un seul genre, Sylvie Ouellette aime créer des scènes qui entrainent ses lecteurs au cœur même des histoires qu’elle raconte, comme si un film se projetait devant leurs yeux. En parallèle d’une carrière en communication scientifique, sa vie d’écrivaine a démarré à Londres, où elle a d’abord publié des romans érotiques. Au Québec, plusieurs de ces titres seront traduits. S’ensuivent deux romans historiques, dont le dernier, Le Secret du docteur Barry, connait un beau succès, notamment en France. 

Richard avait tout! La belle voiture, la belle chevelure, la belle job, les belles filles et les grosses lignes de poudre.  À la fin des années 70, à 28 ans, il était la fierté de sa chère maman Laurette. Lorsque quatre policiers débarquent chez lui un lendemain de veille bien arrosé pour l'amener au poste de police, Richard est loin de se douter que sa routine boulot-boîtes de nuit va connaître une fin abrupte! Accusé de viol et de meurtre d'une jeune fille de 14 ans, il engage un collègue de son meilleur ami André, un avocat qui le suit dans toutes ses débauches depuis qu'ils ont 6 ans.

Pour dire la vérité, je ne connaissais pas l'auteure et la couverture ne m'inspirait pas plus que cela (oui, c'est toujours un détail important pour moi!), mais cette boule disco qui éclate a pris tout son sens au fil de l'histoire.  Pour Richard, ce n'est plus l'heure du Showtime sur la piste de danse, c'est l'heure de sortir du trou! Si le déroulement de l'enquête fait en sorte qu'on s'imagine rapidement qui est le vrai coupable, la suite nous surprend plus d'une fois.  Showtime, c'est un brillant mélange d'enquête policière, de relations mère-fils et de secrets du passé qui lorsqu'ils resurgissent peuvent bouleverser la vie de plusieurs personnes.  C'est donc un drame familial à grande étendue.

J'ai été agréablement surprise par cette lecture et par ce Richard, un personnage déterminé à quitter une vie superficielle pour se donner de vraies valeurs... même s'il doit commettre des actes qui nous semblent un peu irréfléchis parfois.

Un bonus pour le lecteur, pour qu'il puisse à son tour se rapeller quelques bons souvenirs, Sylvie Ouellette a placé des extraits de chansons du Bilboard 79 et 80 en début de chaque chapitre.  Mon coup de coeur: Fame d'Irene Cara.  No.68 du palmarès en 1980!  J'avais 7 ans et je dansais beaucoup sur cette musique...

La date de parution de ce roman est prévue pour aujourd'hui.

ISBN: 978-2-89711-138-0

Une lecture dans le cadre de Québec en septembre chez Mon coin lecture.

mardi 16 septembre 2014

Monsieur Tralalère, Nathalie Ferraris et Josée Bisaillon.

Monsieur Tralalère est le facteur de la compagnie Postes Tralala. Il adore son travail ! Tous les jours, c’est en chantant qu’il fait son parcours. Le sac rempli de toutes sortes de colis, il aimerait
parfois en recevoir un, lui aussi.

Un livre sur les petits bonheurs au quotidien, autant ceux de la routine que ceux qui découlent des changements qu’il faut parfois oser faire…

Sur un ton léger, soutenu par des illustrations drôles et contemplatives, ce texte s’adresse aux enfants de 3 à 8 ans. Lire Monsieur Tralalère, c’est vivre un petit bonheur réconfortant et inspirant !

Pistes de discussions et activités proposées à la fi n du livre ainsi que sur le site Web de l’éditeur.

Monsieur Tralalère est un homme routinier!  Tous les matins, il mange les mêmes choses, porte les mêmes vêtements et prend les mêmes routes.  Rien ne change, sauf qu'un jour celui-ci s'aperçoit qu'il ne reçoit jamais de colis ou de cadeaux par la poste... que des factures! Il s'ennuie, il est bien seul malgré les quelques salutations dont il bénéficie et tout le bonheur qu'il procure aux gens sur sa route. Mais un ou jour, il a une belle surprise... c'est un moment très tendre sur les joies de recevoir de la part de quelqu'un qu'on aime bien.

Si fiston a constaté que M.Tralalère mangeait beaucoup trop le matin pour un seul homme, maman, elle, a accroché sur la pilosité du personnage!  Chaque illustration est un travail de précision, mais très ludique en même temps.  Chaque page contient des centaines de détails et le texte est très humoristique.

Les albums de Fonfon sont d'une qualité exceptionnelle.  Les couleurs, les images, tout est éclatant de beauté.  Si vous n'avez pas lu Meuh où est Gertrude de Benoit Dutrizac et Bellebrute, je le vous conseille également.  C'est un des albums préférés de fiston (et moi aussi!), car il est vraiment drôle.

Sur le site, vous retrouverez un coin pour les enfants et les enseignants où jeux, dessins et sujets de discussion vous attendent, c'est du matériel complémentaire bien utile pour prolonger le plaisir!

Fonfon
ISBN: 978-2-923813-11-0

Un livre lu dans le cadre de Québec en septembre chez Mon coin lecture.

lundi 15 septembre 2014

Mission sacrée 1: Les esprits de l'Amazonie, Claudine Douville.

Nate Carrick entreprend une quête pour honorer une promesse faite à son ami des années plus tôt: lui venir en aide lorsqu'il en aurait besoin, quels que soient le moment ou les motifs. Nate doit aller chercher aux quatre coins de la planète des statuettes sacrées cachées depuis des siècles. Le moment est venu de les réunir. L'une d'elles est en terre navajo, les trois autres sont dans la boue, le sable et la neige. Les Esprits de l'Amazonie, le premier des trois tomes de la série Mission sacrée, se passe en Amazonie. Remplie de rebondissements, cette aventure en mettra plein les bras à Nate.


Vous me direz que chaque roman est une aventure, mais lorsque le lecteur traverse la jungle amazonienne à coups de machette, qu'il dort dans un hamac suspendu à des lianes et qu'il navigue en pirogue en compagnie de membres de tribus en jupe de paille et fléchettes empoisonnées, je pense qu'on peut qualifier le roman de roman d'aventures!  Car, croyez-moi, il y en a de l'aventure: du début jusqu'à la fin! À en faire des cauchemars... comme rêver d'être attaquer par un anaconda toute la nuit!!!  Moi qui dors déjà si peu...

C'est vrai que je suis très sceptique en ce qui concerne les esprits, les sorciers, les chamanes... mais lorsque les personnages qui sont à cheval entre deux cultures le sont aussi, c'est plus facile pour moi de me laisser emporter par une quête de statuette aux grands pouvoirs.

Les descriptions de l'Amazonie sont comme on l'imagine, elle est hostile et magnifique en même temps.  Nick Carrick, Commando et Aigle Noir sont des personnages musclés, au sens de l'humour incroyable et c'est la belle Laura qui profite de leur constante protection (la chanceuse!).  Amoureuse de Nick et ses beaux yeux bleus, elle fait partie de l'équipe et n'est pas trop princesse, je dois l'admettre.

Ce roman mélange amour, aventures, mystères, culture, géographie et plusieurs autres éléments qui ont fait en sorte que le roman d'aventures (pas trop soft quand même!) est un genre qui me plaît finalement.  L'auteure est commentatrice au réseau des sports (RDS) et je suis toujours épatée par ces gens dont les intérêts multiples (allez voir sa bio sur le site WOW!) finissent par aboutir dans des livres qui sont parfois meilleurs que ceux écrits par des écrivains dont écrire est le métier!  En passant, les couvertures sont magnifiques, elles incitent au voyage!  Petit détail intéressant dans ce premier tome, les fourmis imprimées tout au long du livre, j'ai adoré!

Libre Expression
ISBN: 9782764805787

Ils sont aussi dans la PAL:

Tome 2: Le souffle de l'Arctique (paru en avril 2013)
Tome 3: Les seigneurs du désert (paru en août 2014)

Une lecture dans le cadre de Quebec en septembre chez Mon coin lecture


mercredi 10 septembre 2014

Réparer les vivants, Maylis de Kerangal.



« Le cœur de Simon migrait dans un autre endroit du pays, ses reins, son foie et ses poumons gagnaient d’autres provinces, ils filaient vers d’autres corps. » 

Réparer les vivants est le roman d’une transplantation cardiaque. Telle une chanson de gestes, il tisse les présences et les espaces, les voix et les actes qui vont se relayer en vingt-quatre heures exactement. Roman de tension et de patience, d’accélérations paniques et de pauses méditatives, il trace une aventure métaphysique, à la fois collective et intime, où le cœur, au-delà de sa fonction organique, demeure le siège des affects et le symbole de l’amour.


Mon ordinateur étant hors d'usage, j'écris sur un veil ordinateur nain qui ne veut pas me laisser inclure la couverture du livre, centrer le texte, etc.  Je tenterai de réparer lorsque j'aurai un ordinateur digne de ce nom!!!


L'important, c'est de vous dire que j'ai aimé ce roman qui explore la transplantation d'organes sous tous ses aspects.  Du point de vue de la famille du décédé, des médecins, des receveurs et de tous les autres intervenants reliés à ces opérations délicates!  Ça se voit très bien que l'auteure a fait ses devoirs et que la recherche pour ce texte a du être monumentale...


"Que deviendra l'amour de Juliette une fois que le coeur de Simon recommencera de battre dans un corps inconnu, que de viendra tout ce qui emplissait ce coeur..." (p.201)


C'est un roman touchant pour tout l'aspect émotionnel de la mort pour tous les partis, car recevoir un coeur, c'est vouloir dire que quelqu'un est mort pour que je puisse vivre à mon tour.  Le titre est bien choisi.  C'est aussi un livre très technique au point de vue médical.  Il n'y a rien de frivol dans ce roman, les portions dédiés à la vie personnelle des personnages sont venus adoucir les arrêtes de ces pages si dramatiques... Une lecture très forte qui marque.

lundi 8 septembre 2014

Pour marcher mon 3 km ce matin...

j'avais besoin de motivation!  Elle m'a coûtée 36$!!





c'est fiston qui va être content!

samedi 6 septembre 2014

Les orphelins irlandais, Micheline Dalpé.


Irlande, 1824. La colère gronde entre les Irlandais catholiques et les Anglais protestants. Daniel, jeune irlandais récemment enrôlé, n’a pas envie de se battre toute sa vie pour défendre sa nation contre l’Angleterre. Sa solution : déserter. Et c’est par les eaux qu’il décide de s’enfuir avec sa jolie Mary vers l’Amérique, terre d’un nouveau départ. De Cobh jusqu’à New York, et enfin Saint-Jacques-de-l’Achigan, le périple est long, mais leurs espoirs sont grands. Reste à voir si le Bas-Canada saura combler leurs attentes et leur offrir le bonheur tant désiré.

Grâce à sa plume empreinte d’authenticité, Micheline Dalpé nous transmet, encore une fois, un récit qui saura nous émouvoir. À travers l’histoire de l’immigration irlandaise sur nos terres, elle aborde les thèmes de l’exil, de l’amour et de la famille comme elle seule sait le faire, nous présentant ainsi les destins touchants de ses personnages au grand coeur.

Pourquoi faire compliqué lorsqu'on peut faire simple?  Des livres sur l'histoire de l'immigration irlandaise au Québec, il en pleut chaque semaine.  L'idée c'est de rendre la vôtre plus captivante et émouvante que les autres.  On sait tous que la moitié des voyageurs irlandais décédèrent en route et que des centaines  d'orphelins furent recueillis par des orphelinats, des Québécois ou des Irlandais déjà établis.

Micheline Dalpé a misé sur la générosité des gens qui ont accueilli ces enfants.  Ici, pas d'histoires d'horreur (ouf!), mais beaucoup de charité chrétienne et d'entraide. Les arrivants avaient droit à un lot de terre et à une vache... après il ne "restait plus" qu'à construire une maison. C'est beaucoup pour un seul homme.  Chaque famille aidant l'autre, plusieurs ont trouvé leur bonheur dans ce nouveau pays. Basé sur une histoire vraie, le roman démontre que plusieurs ont fait le bon choix en quittant un pays en crise.

Les orphelins irlandais c'est un excellent roman pour comprendre comment les gens s'installaient à l'époque, comment hommes et femmes se courtisaient et comment les grossesses à répétitions étaient le lot des femmes!  

L'écriture est authentique, c'est vrai.  Je dirais presque dépouillée. C'est un détail qui me pesait au début de ma lecture, mais après j'ai trouvé la plume plus accessible dans le sens qu'il n'y a pas trop d'expressions régionales.  Ça m'a plu.  Puis, au final je me suis attachée à toutes ces familles candides... assez pour espérer un suite!

ISBN: 978-2-89690-577-5

Un livre lu dans le cadre de Québec en septembre chez Mon coin lecture.

vendredi 5 septembre 2014

Quoi de neuf dans la PAL?

LUNDI

Férié, pas de postes!

MARDI


Mon billet ici!

MERCREDI



JEUDI

Pas de livres, mais livraison de 4 vernis!  Ahah une autre passion qui me ruine...

VENDREDI






Libre Expression (non sollicité, mais de la chick lit, c'est toujours bien d'en avoir sous la main!)

Une autre belle semaine, je ne sais plus où donner de la tête!!!


Vous connaissez le magazine Châtelaine?

Et bien maintenant, je fais partie du Club de lecture de ce prestigieux magazine!  Nous sommes 10 et pendant la prochaine année, nous aurons à lire et critiquer un livre par mois. Voilà le premier  numéro sur le site web.  Dans la version papier de ce mois-ci, une présentation des participants est incluse.


Livre 1: La faille en toute chose de Louise Penny à paraître chez Flammarion en septembre.


http://fr.chatelaine.com/club-de-lecture/la-faille-en-toute-chose-les-critiques/


C'est une expérience inespérée dans ma vie de blogueuse!  Je suis encore sur mon petit nuage...

mercredi 3 septembre 2014

Sur la piste de Maud Graham - Promenades et gourmandises, Chrystine Brouillet et Marie-Ève Sévigny.

8 promenades à Québec et à Montréal et plus de 50 bonnes adresses


Déjà vingt-cinq ans de carrière pour la célèbre détective Maud Graham,

personnage culte des romans de Chrystine Brouillet. Vingt-cinq ans
d’enquêtes, mais aussi vingt-cinq ans à arpenter sa ville, Québec.

Épicurienne reconnue et dénicheuse de bonnes adresses, Chrystine
Brouillet s’associe avec Marie-Ève Sévigny, écrivaine et directrice de
La Promenade des écrivains, pour présenter huit balades gourmandes.

Que l’on soit sur les pavés de la capitale ou à la maison, on explore
les lieux mythiques de la série Maud Graham, des scènes de crime aux
restaurants préférés de l’enquêtrice. Et grâce aux images saisissantes
du photographe Renaud Philippe, on découvre Québec comme on ne l’a jamais vue.

CHRYSTINE BROUILLET a commencé sa carrière en publiant Chère voisine, pour lequel elle a reçu le prestigieux prix Robert-Cliche. Peu après paraissaient les premières enquêtes de la détective Maud Graham, une série couronnée de succès. Chrystine a aussi publié Couleur champagne, en collaboration avec le sommelier Guenaël Revel, Québec, la capitale romantique et Le Paris de Chrystine Brouillet.

MARIE-ÈVE SÉVIGNY, écrivaine et journaliste, dirige La Promenade des écrivains, organisme consacré à la promotion du patrimoine littéraire de Québec, dix parcours guidés où les textes de Chrystine Brouillet, Jacques Poulin, Roger Lemelin et bien d’autres sont lus dans les lieux qu’ils évoquent. Son recueil de nouvelles, Intimités et autres objets fragiles (Triptyque, 2012), a eu la faveur de la critique et du public.

RENAUD PHILIPPE, photographe, va à la rencontre de moments spontanés, sans mise en scène. Son travail l’a mené aux quatre coins du monde. Il a reçu plusieurs prix dont la médaille d’or des Prix du magazine canadien et deux Grands prix du journalisme indépendant du Québec. Son travail a été diffusé, entre autres, dans Le Monde Diplomatique, Le Figaro, L’actualité et Canadian Geographic.



Je n'ai jamais lu une seule aventure de Maud Garaham et je n'ai pas assisté aux promenades de Marie-Ève cet été... N'empêche que lorsque je suis allée chercher ce livre à la bibliothèque cet après-midi, j'ai commencé à le feuilleter une fois assise dans la voiture (en pleine soleil) et j'ai continué à le regarder dans le stationnement de la garderie de mon fils!  Ce très beau livre de "table à café" est un monument en soi.  Les heures de travail qu'il contient doivent se compter en centaines.  Vous dire que je l'ai lu au complet serait gravement mentir. Mais il regorge tellement de belles photos, d'extraits de romans, de recettes, de bonnes adresses et d'éléments historiques que vous pouvez l'ouvrir au hasard et vous ne serez pas déçus.  C'est une des plus belle vitrine de Québec qu'il m'ait été donné de voir.  On y fait un petit détour par Istanbul ou encore par Paris, où Chrystine Brouillet a habité pendant plus de 13 ans, mais c'est surtout la ville de Québec qui y est exposée dans toute sa splendeur.

Maud Graham est gourmande et entre Québec et Montréal, où habite son amoureux, elle partage ses découvertes culinaires et ses bonnes adresses.  L'auteure cite avoir plus de cinq cents livres de cuisine donc plus d'une quarantaine de bonnes recettes sont incluses dans le document.  En 25 ans d'enquêtes, certaines enseignes sont disparues et je pense que lire la série de Maud Graham serait d'abord un parcours historique pour moi qui habite Québec.  Je dois aussi m'y mettre pour une autre bonne raison... pour pouvoir savourer pleinement les promenades Sur la piste de Maud Graham l'an prochain!

Bref, je pourrais vous en parler en long et en large, mais l'idéal serait que vous l'examiniez de plus près vous aussi (tel un enquêteur!).  Il vaut le détour et de mon côté, je suis prête à suspendre un plus grand bas de Noël tricoté plus serré afin de le retrouver dans quelques mois sur MA table à café en compagnie de quelques unes des aventures de Maud Graham!

Un livre impressionnant par son contenu... 336 pages à 34,95$ chez Parfum d'encre.

Un livre lu dans le cadre de Québec en septembre chez Mon coin lecture.

mardi 2 septembre 2014

L'univers de Marie-Soleil, Martine Latulippe et Joanne Ouellet.

« — Marie-Soleil, tu vas avoir un frère ou une sœur.
Mon cœur se serre. Je demande :
— C’est tout ? C’est ça, votre grande nouvelle ?
Papa et maman se regardent d’un air déçu. Je cours m’enfermer dans ma chambre. Un frère ou une sœur ! Comme si moi, Marie-Soleil, je ne leur suffisais pas. Papa m’appelle "mon petit soleil", maman dit qu’elle m’aime "gros comme l’univers".
Pourquoi aurait-on besoin d’un autre enfant dans la maison ? »


Je connaissais Martine Latulippe par son recueil de nouvelles pour adultes Les faits divers n'existent pas qui, disons-le, est à des années lumières de cet album tout doux pour les petits coeurs d'enfants en panne d'amour!  Lorsque maman est enceinte, Marie-Soleil constate que le ventre de maman prend toute la place.  Tout le monde ne parle que de cela, le touche et lui parle!

Même si pour papa, elle est toujours son petit soleil et même si sa maman l'aime encore gros comme l'univers, Marie-Soleil y croit de moins en moins...  Elle est triste, elle sent qu'elle perd sa place, que va-t-il se passer lorsque bébé sera arrivé?!

L'univers de Marie-Soleil est un bel album pour aborder le sujet d'une deuxième grossesse.  Impliquer l'enfant dans le choix du prénom, lui donner des responsabilités et quelques privilèges sont de bonnes pistes pour l'intégrer  à ce bel événement qu'est une naissance mais qui, soyons honnêtes, chamboule toutes les routines!  Les craintes peuvent être apaisées, la communication étant primordiale.

En plus d'être coquet comme tout, cet album a un côté pratique qui saura rassurer vos aînés, j'en suis convaincue!  Par les illustrations, les enfants pourront très bien discerner les émotions de Marie-Soleil et peut-être reconnaître ce qu'eux-mêmes vivent en ce moment.   Une attention particulière a été portée à ce détail car à un certain âge, les enfants analysent beaucoup les expressions faciales.  C'est très bien fait dans ce sens.

Comme dans la vraie vie, je garde la surprise pour la fin, je ne vous dévoile par le sexe du bébé et le joli prénom choisi...

Un vidéo est également disponible sur le site pour présenter cet album.

Albums 3 ans et +
Québec Amérique
ISBN: 978-2-7644-2121-5

Un livre lu dans le cadre de Québec en septembre chez Mon coin lecture.

Pourquoi cours-tu comme ça?


Courir, c'est mettre un pied devant l'autre, puis un autre et encore un autre. À la manière d'amateurs de course, chacun courant pour soi et pour une raison bien spécifique, ce recueil de nouvelles en est le reflet.

Jules Juillet court pour échapper à la méchanceté de ses camarades de classe. Victor court pour défier la maladie. Leslie court pour chasser les nuages sombres qui obstruent le ciel et Jean-Nicholas la suit parce qu'elle est son éclaircie dans la grisaille. Cynthia n'aime pas courir. Mais elle aime les coureurs. Marie court pour oublier celui qui ne l'aime plus. Jacinthe court entourée de ceux qu'elle aime. Le mari de Yolanda court pour échapper à sa vie monotone, pour rallumer la flamme en lui. Patrice court parce qu'il respire. C'est un coureur. Comment expliquer ça ?

Tout le monde a son histoire de course. Et toi ? Pourquoi cours-tu comme ça ? 

Courir pour sortir de l'isolement, pour l'amour, pour une cause, pour l'espoir, pour faciliter les rapprochements, pour oublier, pour trouver l'amour... Courir pour rallier un clan, pour perdre du poids, pour se dépasser, pour donner l'exemple... Toutes les raisons sont bonnes pour retrouver le sourire, l'estime de soi et préserver sa santé.  

Chaque nouvelle est unique et reflète un aspect différent de la course.  Pour avoir déjà lu Nathalie Roy, je savais bien que des chaussures roses et un décolté plongeant seraient de mise pour une course tout en humour très efficace! Pour avoir lu Julie G.-Richard, je savais aussi qu'une petite référence historique se cacherait dans l'une des pages et que son expérience personnelle de la maladie viendrait teinter la nouvelle.  C'est la plus touchante selon moi...  Pour avoir lu Michel Jean, je m'attendait à ce que la sensualité soit palpable et qu'elle soit mêlée à du tragique.  La meilleure chute à la fin...

Pour ce qui est des autres auteurs, acteurs, journalistes et blogueurs du recueil, je ne savais pas du tout à quoi m'attendre.  Jacinthe Parenteau m'a fait mourir de rire avec le "réflexe jambon"!  La plus drôle de toutes!


Patrice Godin m'a vraiment passionnée et beaucoup impressionnée avec ses ultra-marathons de 100km et +.  Son ton de confidence est inspirant, comme quoi tout est possible lorsqu'on y met l'effort.

Marie-Josée Turgeon a plutôt axé sa nouvelle sur l'aspect amical de la course. Tous ces coureurs qui se croisent sans jamais rien savoir de l'autre, qui se limitent à un hochement de tête comme salutations, mais qui s'inquiètent lorsque quelques jours s'écoulent sans apercevoir l'autre.

Patrick Dion a écrit une nouvelle d'actualité soit sur le sujet de l'intimidation chez les jeunes.  Son personnage a de la chance lorsqu'un coach remarque qu'il a un talent caché, il court vite!  La course lui fera une place au travers des autres jeunes et lui donnera la chance d'être admiré par ses pairs.

Florence Meney touche au thème de l'obsession, quand trop, c'est trop!  Se donner à fond n'a pas toujours que du bon, l'équilibre dans la vie a son importance.  

Non, il ne faut pas aimer courir pour lire se livre, mais il se peut qu'il vous donne la petite étincelle qu'il vous manquait pour partir vous aussi.  Quant à moi, mon entraîneur et son tapis roulant m'attendent ce soir, c'est toujours bien un début!  La pente à 3% sera longue à monter...

ISBN: 9782760411616

Un livre lu dans le cadre de Québec en septembre chez Mon coin lecture.

lundi 1 septembre 2014

Une vie entre deux océans, M.L. Stedman.

Libéré de l’horreur des tranchées où il a combattu, Tom Sherbourne, de retour en Australie, devient gardien de phare sur l’île de Janus, une île sur les Lights, sauvage et reculée. À l’abri du tumulte du monde, il coule des jours heureux avec sa femme Isabel ; un bonheur peu à peu contrarié par l’impossibilité d’avoir un enfant.



Jusqu’à ce jour d’avril où un dinghy vient s’abîmer sur le rivage, abritant à son bord le cadavre d’un homme et un bébé sain et sauf. Isabel demande à Tom d’ignorer le règlement, de ne pas signaler « l’incident » et de garder avec eux l’enfant. Une décision aux conséquences dévastatrices…




Un premier roman plébiscité dans le monde entier qui interroge les liens du coeur et du sang.

Septembre est un mois québécois sur les blogues, mais comme les réservations de bibliothèque arrivent quand elles arrivent, je me vois dans l'obligation de tricher un peu!

Une vie entre deux océans est un roman coup de coeur et coup de poing.  Surtout si vous avez des enfants... Je ne peux pas dire comment se livre vous affectera sans dévoiler le punch de l'histoire, mais sachez qu'il a soulevé un questionnement chez moi et que j'en ai même fait part à mon mari... Déchirant et bouleversant!

Cette histoire m'a beaucoup appris sur la vie d'après-guerre sur une île déserte avec seulement un far pour changer de décor. Un couple isolé de tout doit avoir une grande complicité et beaucoup d'amour pour survivre...  Les vacances sur le continent australien ont confirmé mes craintes: des serpents et des scorpions! Hahaha Peureuse comme je suis, je pense que je lirai toujours sur l'Australie parce qu'elle me fascine, mais que je n'y mettrai jamais les pieds!

Mauvaises décisions et trahison, jusqu'à la fin, l'intrigue est soutenue. J'ai vraiment beaucoup aimé même si certains passages sont un peu trop à l'eau de rose...

samedi 30 août 2014

Les lisières, Olivier Adam.

Tout semble pousser Paul Steiner aux lisières de sa propre existence : sa femme l'a quitté, ses enfants lui manquent, son frère l'envoie s'occuper de ses parents, son père ouvrier s'apprête à voter FN et le tsunami ravage le Japon, son pays de coeur. De retour dans la banlieue de son enfance, il n'aura d'autre choix que se tourner vers son passé pour comprendre le mal-être qui le ronge. Comment devient-on un inconnu aux yeux de ses proches ? Comment trouver sa place dans un monde devenu étranger ? 

Abandon de lecture p.214...  pour une lecture commune.  La honte!

Si ce roman ne s'intitule pas "Un roman français", c'est que Frédéric Beigbeder avait déjà utilisé le titre pour l'un de ses romans!

Les pavillons, Darty  et les échelles sociales bien marquées même chez les jeunes ont eux raison de moi! C'est une lecture très française.  Je n'ai rien contre cela, mais lorsque l'histoire est triste et ennuyante et traitée sous un angle introspectif particulier, j'étouffe un peu et je me perd carrément dans une culture bien différente... même si nous parlons la même langue. Une seule référence a réveillé une étincelle en moi, soit celle de la série télévisée américaine Mad Men, mais cela n'a point suffit pour poursuive.

Je vous laisse donc les liens vers chez Enna et Lucie qui auront peut-être publié leur billet qui, j'espère, sera plus positif que le mien car j'ai déjà aimé cet auteur!

ISBN: 9782290068489

vendredi 29 août 2014

Quoi de neuf dans la PAL?

Pas l'ombre d'une feuille d'automne ici... les feuilles sont la boîte aux lettres!

LUNDI

Rien... inquiétant presque!

MARDI


Éditions JCL ( non sollicité...)

MERCREDI


Stanké (des nouvelles qui me tentent, c'est nouveau ça!)



Le Quatanier ( Il ne fera pas long-feu dans la pile celui-là!)

JEUDI


Éditions JCL (non sollicité, mais ça pourrait intéresser mon homme, il pourrait me faire un billet?!)

VENDREDI


Grasset (un auteur qui ne fait pas l'unanimité, je sais!)



Éditions Goélette (C'est de la faute à la Fanette de Suzanne Aubry si j'ai le goût de lire ce roman!)

C'est bien généreux tout cela, maintenant je dois les lire!!!

mercredi 27 août 2014

Québec en septembre, c'est reparti!



Pour la troisième année, Karine de Mon coin lecture nous offre de faire le bilan de toutes nos lectures québécoises! N'hésitez pas à aller faire un petit tour chez elle puisqu'en attendant, elle publie de petites capsules vidéos remplies de belles suggestions et de sa personnalité pétillante! :o)

De mon côté, je ne jure pas publier que du québécois car j'ai quelques engagements à respecter avec certaines maisons d'éditions et les réservations de bibliothèque, mais j'en ferai une priorité!

On se revoit le 1er septembre?

Gédéon va à l'école, Laura Wall.

Lorsque Sophie va à l’école, Gédéon doit rester à la maison… Mais il a d’autres projets! Pourquoi n’irait-il pas à l’école lui aussi? À découvrir dans cet adorable album illustré.

Laura Wall est une artiste contemporaine installée dans le Devon. Elle a étudié les beaux-arts et l’illustration à l’Université Aberystwyth au Pays de Galles. Après l’Université, Laura a travaillé pour une chaîne de télévision, mais elle était trop passionnée par l’art pour continuer. Suivant sa passion, elle est devenue une artiste à temps plein.

Une rentrée à l'école, ça veut aussi dire qu'on doit laisser les doudous et les animaux de compagnie à la maison.  C'est un moment très déchirant pour un enfant. Gédéon le jars, lui, ne compte pas délaisser sa Sophie aussi abruptement.  Alors, il décide de la suivre à l'école en se cachant sous le pupitre!  Dans la cour d'école, il en profite pour amuser toute la classe et attend patiemment que la journée se termine sur une balançoire.  Sophie lui jette un coup d'oeil de temps en temps pour se rassurer.  Deux petits êtres vraiment inséparables, mignons comme tout.  

Nous ne connaissions pas Gédéon à la maison (l'autre album ici).  Les illustrations me font penser à celles de Snoopy ou encore Mafalda.  En ayant une phrase par page, c'est un livre que  je pourrai facilement recycler pour les premières lectures faciles de fiston.  Par sa simplicité, je pense que ce livre plaira plus aux plus jeunes de 3-4 ans qu'aux plus vieux de 5-6 ans.  Encore là tout dépend du niveau des enfants, car le concept de séparation n'est pas nécessairement facile à assimiler et encore moins celui de devoir passer toute une journée assis à un pupitre pour apprendre des choses!!!

Un petit extrait:



3 à 6 ans
ISBN: 978-1-4431-3282-4

vendredi 22 août 2014

Sarah Thornhill, Kate Grenville.

Sarah Thornhill est la fille cadette de William Thornhill, ancien bagnard devenu propriétaire terrien le long du fleuve Hawkesbury, des terres hantées par le souvenir de leurs anciens occupants aborigènes méprisés et massacrés. À la mort de sa mère, son père s’est remarié avec une femme ambitieuse et bornée. Mais Sarah mène une vie heureuse près de ce père qu’elle aime. Elle est amoureuse du beau Jack qui l’aime aussi. Pourquoi donc tous s’obstinent-ils à empêcher cet amour ? Quel secret peut bien cacher son père par ailleurs si généreux et attentif ?


Elle devra chercher des réponses dans un passé que tous s’appliqueront à dissimuler et par-delà les mers, en Nouvelle-Zélande, où son frère a disparu en laissant une fillette à demi maorie que William Thornhill est bien décidé à considérer comme faisant partie de la famille, au grand dam de sa femme.

Kate Grenville crée des personnages attachants et des histoires passionnantes, elle sait aussi que les vérités les plus fortes peuvent avoir besoin de détours pour se manifester au grand jour.

Pour son roman Sarah Thornhill, Kate Grenville s’est inspirée de l’histoire de sa famille

Un roman basé sur une histoire vraie qui se lit comme un roman d'amour et historique au début du 19ième siècle en Australie et en Nouvelle-Zélande... OK, que peut-on demander de plus comme dépaysement et enchantement?  Je suis foutue, car maintenant je dois lire tous les romans de Kate Grenville!!!  Le site de l'auteure est très complet (en anglais) car il offre des extraits, des critiques et tout le background des romans, d'où viennent les idées, etc.  

Un méga coup de coeur pour ce livre lu aujourd'hui! Pas de dialogues à la guimauve, beaucoup de sentiments, d'émotions et de vérités sur la situation des Aborigènes à cette époque.  Les "naturels" comme il est mentionné dans le livre pour faire la différence avec les Noirs (qui soit dit en passant, sont classés dans la même sous-catégorie de toute façon!!!).  Assez révoltant comme "concept"...

Sarah Thornhill n'a rien d'une jeune fille à rubans colorés et aux gants de luxe! Un personnage très fort, humble et très déterminé à réparer les erreurs de sa famille... Je n'en dis pas plus, mais si vous croisez ce court roman de 255 pages, ne le reposez pas sur la tablette! 

Ceux qui tombent, Michael Connelly.

Bosch vient de décrocher un sursis de trois ans avant d’être mis à la retraite d’office lorsqu’il se voit confier un cold case datant de 1989. Viol suivi de meurtre, ADN, antécédents judiciaires et profil psychologique, tout incrimine un certain Clayton Pell. Un suspect… qui n’aurait eu que huit ans au moment des faits. Erreur du labo ou faute impardonnable de deux inspecteurs ? Les conséquences de ce cafouillage s’annonçant monumentales, Bosch se met immédiatement au travail lorsqu’il est appelé sur une scène de crime. Un homme se serait jeté du septième étage du célèbre hôtel de Los Angeles, le Chateau Marmont. La victime, George Irving, est le fils d’un conseiller municipal très influent à L.A., un homme qui n’a jamais porté Bosch dans son coeur. Pourquoi exige-t-il que ce soit lui qui mène l’enquête ?



Deux intrigues menées en parallèle, l’une révélant la corruption de politiciens obnubilés par leurs profits, l’autre la monstruosité de prédateurs sexuels, et une description de Los Angeles qui fait froid dans le dos.

Pas de zones grises, pas de coupables qui sortent du placard ni vu ni connu et pas d'enquêteur bourru et frustré de la vie... Mon premier Connelly à vie et j'aime beaucoup! Même si j'arrive probablement à la vingtième enquête de Bosch et que Le Poète (un classique, il paraît...) attend sagement dans ma pile depuis au moins 7-8  ans, je peux enfin dire que j'ai lu le maître du polar américain  et que je comprend maintenant son méga succès.  Je ne retournerai certainement pas au premier roman, mais je ne passerai plus devant l'auteur sans y jeter un coup d'oeil!

Good stuff, I'm tellin' ya!  Pas une seconde d'ennui avec Connelly, Bosch et le LAPD (Los Angeles Police Department), parce que LA, c'est LA, une ville qui ne dort jamais et qui déborde d'action à tous les coins de rue!

Vous dire que j'ai déjà hâte de lire d'autres enquêtes serait presque superflu...

Quoi de neuf dans la PAL?

Le thermomètre dépasse largement les 25 degrés, mais c'est dans la boîte aux lettres que l'automne se fait sentir!

LUNDI


Éditions André Fontaine (il n'est pas au catalogue pour l'instant, je l'attends d'ailleurs pour faire mon billet!)

MARDI


Scholastic (Billet sur Pat le chat ici.)

MERCREDI

RIEN?!  On fait une pause et on se reprend demain!!!

JEUDI


Leméac (qui n'a pas un catalogue à jour!)


Libre Expression (Charlotte, Fanette, Juliette, toutes mes nouvelles amies viennent ce cette maison!)

VENDREDI


Éditions Carte blanche (À compte d'auteur... première fois, on va essayer!)

Avec toutes les urgences d'hier, j'ai de quoi m'user les yeux!!!

jeudi 21 août 2014

Sur la table de chevet - Les urgences!


0/504 lu - Pour la lecture commune du 30 août


104/423 lu - Parution du billet avant le 15 septembre (Date limite fixée par Denoël)


280/389 lu -  Date limite de retour à la bibliothèque, le 1er septembre


0/449 lu - Date limite de retour à la bibliothèque, le 5 septembre


0/253 lu - Date limite de retour à la bibliothèque, le 9 septembre


Je viens de recevoir un avis de la bibliothèque qu'il était disponible pour moi!

Et là, je ne parle pas de tous les SP du printemps pas encore lus ou terminés... de ma PAL 300 livres et de mes achats québécois du 12 août (3/4 lus!)